Directeur du Centre Social et Culturel

IMG_0101

Michael THIERRY, Directeur

Bon alors, on commence tranquille… Qui es-tu ?

Bonjour, Michael THIERRY, Directeur au Centre Social et Culturel du Pays de Revigny depuis le 1er avril 2015, joyeux anniversaire ! Employé au Centre Social et Culturel depuis le 1er avril 2004 en tant qu’animateur jeunesse puis coordinateur enfance-jeunesse.

Côté études, j’ai commencé par un BAC électrotechnique STIGE. Je suis arrivé à l’animation par les jobs d’été, en étant sur les colos tous les étés et j’ai passé le BAFA en 1998.
Au début de ma vie active, j’ai réalisé qu’être électricien finalement ça ne me plaisait pas ! Donc je me suis plutôt orienté vers animateur jeunesse ou animateur tout court puisque j’ai commencé par un poste d’animateur pour personnes âgés. En parallèle j’ai passé le BEATEP (ancien BPJEPS).

Ok… Mais du coup comment tu t’es retrouvé à travailler au Centre Social et Culturel du Pays de Revigny ?

Je travaillais sur Le Havre. Le boulot était sympa mais le public ne me correspondait pas trop et j’avais envie de revenir dans les environs. J’ai vu le poste à Revigny et j’ai fait mes valises !  

J’ai été choisi pour occuper les fonctions de Directeur après avoir obtenu le DEJEPS en suivant une formation en parallèle de mon travail. 1 an après je retournais en formation pour passer un DESJEPS.

C’est simple, en 5 ans en tant que Directeur, j’ai eu 3 ans de formation, écris 2 mémoires, lus 60 kilos de bouquins de sociologie, management, organisation, histoire de l’éducation populaire.

Et aujourd’hui c’est quoi ta vision de ton boulot ?

Au quotidien, j’essaie de me positionner en tant que facilitateur : j’essaie de mettre les conditions en place, les techniques pour faciliter la mise en place des Projets / projets.

Ce que tu préfères dans ton travail ?

Le lien et l’interaction entre les gens, la sociologie, la psychologie, tout ça, ça me fait kiffer !

J’aime analyser les situations des personnes, ce qui se passe entre les gens : c’est purement de la sociologie.

Comment ça s’exprime dans ton rapport aux gens ?

J’aime émanciper les gens, les aider à prendre conscience de leurs situations : est-ce normal que tu vives ça ? comment tu peux agir pour ne plus vivre ça ? « je n’arrive pas à faire les devoirs avec les enfants : est-ce ma faute ? comment je fais ? »

Mais je pars toujours du principe que pour changer, il faut que les gens veuillent changer ! On ne les fait pas changer en calquant des techniques d’ailleurs sans que les gens y croient.
Et parfois ça ne marche pas, il faut se tromper pour avancer. Si tu ne te trompes pas tu n’apprends pas ! En France on dit qu’on apprend de ses erreurs mais pour moi on apprend aussi de nos réussites !

man-holding-laptop

Un Directeur sans Centre Social ça donne quoi ?

En fait, c’est peut-être une chance aujourd’hui d’avoir un attrait pour l’informatique !

L’anecdote : le 1er mai 2015, un mois après être passé directeur je me retrouve à l’hôpital… Je me suis dit alors que la structure devait tourner sans moi, qu’il fallait que les gens soient capables, sur un temps donné, d’être autonomes.

Grâce à Teams, aujourd’hui, en fait on garde le contact, on échange beaucoup dans l’équipe et la Présidente participe, c’est très bien ! Comme je l’ai accompagnée sur nos outils, aujourd’hui elle peut être aussi impliquée qu’elle le veut !

Aucun défi avec la distance finalement !?

La vraie question est : comment on fait pour travailler alors qu’on est principalement voués à être face au public ?

Un début de réponse serait : en anticipant un maximum les choses, en pensant aux moyens qu’on a à dispo… Par exemple, proposer de garder le contact par Messenger ou Snapchat avec les gens, essayer de nouvelles choses ! Je fonctionne beaucoup à l’essai, si ça fonctionne tant mieux et quand ça ne fonctionne pas, on se demande pourquoi et comment ça aurait pu marcher. Le but n’est pas de faire du test à tout va mais de faire des choses.

Ce temps de confinement nous permet aussi de nous poser des questions sur nos pratiques au quotidien, notre fonctionnement, le « pourquoi du comment ? »

Le confinement ça veut dire quoi pour toi ?

J’accumule les casquettes : père de famille et Directeur. La différence c’est que je les intervertis beaucoup plus vite, je les ai même un peu toutes en même temps. C’est de l’organisation : gérer le planning de la famille, le télétravail et faire à manger…
Je dirais que le travail Centre Social prend un peu plus de temps parce qu’il nous demande plus d’organisation et de planification. On est moins dans la spontanéité et on ne peut pas débouler dans les bureaux pour avoir des informations. Je pense que ça va changer nos pratiques et notre organisation, il y aura un avant et un après.

Je prends aussi le temps de lire beaucoup. En ce moment j’ai plusieurs livres en cours : « S’organiser pour réussir », que j’ai déjà lu une fois, Georges Orwell « 1984 », un classique ! Mais aussi « Abdominaux, arrêtez le massacre ».

Portrait chinois du confinement

Si tu étais… une activité que tu ne fais PAS pendant le confinement ?

Voir mes potes ! On s’appelle, mais on a juste envie de se faire un gros barbecue après !!! Les Weber vont tourner !
Le contact avec ma sphère sociale me manque vraiment. Je suis quelqu’un d’assez tactile, j’ai besoin de contact physique avec les gens, faire la bise et serrer mon pote dans mes bras c’est important.

Si tu étais… un animal que tu ne croises PAS pendant le confinement ?

Pour la blague, le moustique : un mal nécessaire, on gueule après les moustiques ou les abeilles mais si on les retire on meurt. Je fais partie d’un ensemble, d’une ruche !  

Et en réalité, un furet : après ma formation DE on avait remis des trophées aux formateurs et une formatrice m’avait qualifiée de furet en retour : curieux, joueur mais très intelligent ! (C’est pas moi qui le dit !)

Une facette de ta personnalité qui ne s’exprime PAS pendant le confinement ?

Mon côté social encore une fois !

Il y a aussi la compétition (avec les potes au billard par exemple), l’enjeu ! Je suis dégouté que ma saison de billard soit fichue en l’air, j’aurai dû être en quart de finale France le weekend dernier et pour avril c’est mort aussi…  

As-tu une devise dans la vie ?

Plusieurs même : « Croire ce n’est pas savoir »

« Ce n’est pas ce que nous sommes qui nous empêche d’être ce que nous voulons être, c’est ce que nous croyons que nous ne sommes pas. »

Un personnage fictif tu admires ?

Bruce Wayne… Tu peux me prendre pour un con mais j’avance de mon côté et j’essaie de faire le bien.
Mon fils m’a dit « on est le héros de notre propre vie. »
A travers les projets liens sociaux, en disant aux jeunes « tu peux aller à l’étranger, reste pas bloqué, mène à bien ce qui te plaît », j’essaie de faire le bien. A travers le projet social du Centre tout simplement !

Après moi je roule pas en Lotus… Et je préfère les Porsche de toute façon !

Un dernier mot pour la fin ?

Je suis quelqu’un qui cherche des solutions plutôt que des excuses, j’essaie du moins !

Soit t’es fataliste soit tu essaies quand même de faire bouger les choses. Pour moi, il y a toujours des solutions à trouver sinon c’est que le problème est mal posé.